Flashback Le vent se lève : dernier acte pour Hayao Miyazaki ?

Après les fabuleux Porco Rosso, Princesse Mononoké ou encore le château ambulant, Miyazaki avait habitué ses fans à un bonheur visuel, magique et lyrique indémodable. Des qualités qui perdurent dans cet opus, mais pour ce « probable » dernier volet du co-fondateur du studio Ghibli, il vaut mieux passer son tour.

In the air tonight

L’histoire se déroule en terres nipponnes aux prémices de la seconde guerre mondiale et met en scène un jeune garçon passionné d’aviation. Ce dernier est destiné à un avenir radieux en tant qu’ingénieur dans l’aéronautique. Les musiques orchestrales et les dessins d’une qualité rare nous rappellent très vite au bon souvenir de Miyazaki père au sommet de son art. Malheureusement, le déluge de bons sentiments tout au long du récit est plus qu’agaçant. Tout comme un univers totalement édulcoré… On a connu le réalisateur plus inspiré et surtout plus incisif. Très peu de prises de risques scénaristiques du moins historiques. Le portrait intime dressé du jeune garçon est un échec total.

Un personnage emprunt d’un égoïsme latent

A l’image d’un Labyrinthe de Pan, le héros s’évade du climat de la guerre par des passages oniriques où il rêve l’aviation. Il se veut comme une alternative à cet univers conflictuel, à l’image d’un sauveur totalement désintéressé. Pour revenir sur le titre de l’œuvre, « Le vent se lève », la signification reste un peu fade ou enfantine, rien à voir avec la portée plus lourde de sens du film du même nom de Ken Loach par exemple … Mais on vous laisse la surprise. Alors que Miyazaki souhaite absolument humaniser son personnage, un garçon brillant et courageux, on est plutôt confronté au portrait d’un geek, carriériste et soutenant un égoïsme à toute épreuve. L’épisode amoureux en est l’amer exemple. Le film étant tout public, l’image donné par le personnage principal reste loin des idéaux du genre.

Et quelques clopinettes…

La cigarette au cinéma, elle, revient à la mode. Fumeurs s’abstenir. L’évolution des mœurs qui, par le passé, avait peu à peu proscrit l’usage de la clope au cinéma, commence à reprendre un tout autre chemin. Les personnages ne cessent de fumer, les cendriers débordent. Exemple frappant, un mégot usé est même utilisé en dernier recours par l’un des protagonistes. Le bilan du Vent se lève est donc bien mitigé, mais il serait dommage de s’arrêter à cet échec, certes, cuisant. La carrière de Miyazaki père reste un modèle du genre. Une poésie enivrante perpétuelle qui a su séduire petits et grands.

Doctor Paper

Crédit : sortiedusine.org

Doctor Paper

Enchanté ! Mathieu Portogallo, alias Doctor Paper, pour vous faire lire ! J'ai toujours eu beaucoup de mal avec la bien-pensance, une donnée trop présente dans l’actu 2.0. J'écris donc avec un peu plus d’objectivité et de punch que ce qui fourmille sur la Toile. Voici mon contact : mathieu.portogallo@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.