Projet Innocence : l’association qui traque les graves erreurs judiciaires

L’association lyonnaise dirigée par l’avocat Sylvain Cormier lutte depuis presque deux ans contre les erreurs judiciaires en forçant les autorités à rouvrir des dossiers de condamnés à des peines extrêmement lourdes. Le projet n’est autre que la déclinaison française de la « maison-mère » née aux USA en 1992. Les dossiers ne sont toutefois étudiés que si un fait nouveau apparaît, une largesse ou un élément qui ne colle pas dans le jugement ou l’enquête initiale.

Pour présenter au mieux la mission d’Innocence Project, revenons sur l’intervention de Fernando Bermudez à l’Université Lyon 3, début 2014. Condamné à tort à perpétuité aux États-Unis, l’homme a retrouvé sa liberté grâce au travail extraordinaire de la structure.

Un marasme judiciaire digne d’un polar noir

F.Bermudez déambule dans l’amphithéâtre à la manière d’un Martin Luther King. Sa gestuelle, son charisme rendent l’instant vraiment émouvant. Et pour cause, il dépeint ses longues années d’errance et d’espoir dans les geôles américaines. L’histoire de cet homme est bouleversante, digne du Comte de Monte-Cristo comme il aime à le souligner. « Il y a 23 ans, ma vie a pris un tournant improbable. J’avais des projets, un avenir dans le domaine médical mais des flics corrompus ont détruit ma vie ». D’un ton rageur, Fernando dépeint sa chute. « On m’a accusé à tort d’un meurtre que je n’avais pas commis, je croyais à la justice de mon pays, j’avais prêté serment mais tout avait été savamment organisé pour que je sois le seul et unique coupable ». En effet, la procédure de visionnage des photos de suspects présentées aux témoins fut totalement viciée. Les amis de Fernando et même les proches de la victime ont assuré qu’il n’avait aucun lien avec cette tragédie, pourtant aucun de ces témoignages ne fut pris en compte. Le début de la fin pour lui. « Le marteau a retenti, j’étais coupable. On m’a poussé dans un bus en direction de l’une des plus grandes prisons du pays, loin de mes proches ». S’en suit une période interminable d’appels rejetés les uns après les autres. Jusqu’au jour où un juge rouvrit le dossier sous la pression d’une population consternée par la situation. C’est là qu’entre en jeu l’association du Projet Innocence. Après des mois d’investigation, l’homme retrouve la liberté.

« Notre but est de rétablir le cours de la justice »

Lors de sa première année d’existence, l’association de Sylvain Cormier a reçu cinquante dossiers. Seulement deux ont été retenus. Ce sont des années de recherches acharnées qui permettront de trouver l’élément nouveau qui pourrait faire pencher la balance pour ces victimes du système pénal. Les étudiants de l’IEJ (Institut d’études judiciaires) sont en effet chargés de traquer la faille dans ces dossiers. Une proposition de loi pour la révision pénale a d’ailleurs été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Nationale en 2014. Une évolution judiciaire décisive pour l’avocat : « Le moindre doute est aujourd’hui pris en compte pour qu’une requête en révision soit retenue ».

Doctor Paper

Crédit : winnipegfreepress

Doctor Paper

Enchanté ! Mathieu Portogallo, alias Doctor Paper, pour vous faire lire ! J'ai toujours eu beaucoup de mal avec la bien-pensance, une donnée trop présente dans l’actu 2.0. J'écris donc avec un peu plus d’objectivité et de punch que ce qui fourmille sur la Toile. Voici mon contact : mathieu.portogallo@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.