Le fonctionnement de la communauté bouddhiste Karma Ling

Le site de Karma Ling

Le site de Karma Ling

Dernier épisode de la série sur le bouddhisme

L’institut bouddhiste Karma Ling a été créé en 1979 par le grand maître tibétain Kalu Rangjung Kunchab qui transmit la direction du site au Lama Denys Rinpoché dans la chartreuse de Saint Hugon à Arvillard (Savoie). Il s’agit de l’un des nombreux centres de retraite et de Dharma œuvrant grandement à la diffusion de l’enseignement du Bouddha.

La communauté évolue selon des codes bien précis. Le système est hiérarchisé et chaque membre dispose d’une fonction et de prérogatives propres. Il s’agit d’un système contributif de type « donnant-donnant », basé sur la confiance et la participation. Le site est géré par les supérieurs en « bon père de famille ». Les membres doivent effectuer différentes tâches au sein de la communauté afin de justifier les frais de logement et de nourriture. Ces derniers, en contrepartie, ont également l’opportunité de participer aux activités spirituelles. Bien entendu, le statut et l’ancienneté définissent la teneur de la contribution.

Une hiérarchie bien définie

Au sein de Karma Ling, il y a les membres réguliers et les membres non réguliers. Au bas de l’échelle, apparaissent les bénévoles et les Karma yogis. Les bénévoles ont peu d’ancienneté et doivent faire leurs preuves. En plus du travail fourni, ils doivent payer une certaine somme afin de pouvoir séjourner sur le site. Le Karma yogi est, lui, imprégné des lieux et en maîtrise les codes, les rouages. Il possède une certaine expérience qui lui offre un certain statut au sein de la communauté. Aucune somme ne lui est demandée. L’étudiant pratique également le Karma yoga (travaux quotidiens en faveur du centre) mais il réside sur le site afin d’étudier le Dharma et doit assumer besoins de subsistance et frais de scolarité. Au niveau intermédiaire se trouvent les membres dits réguliers chargés d’encadrer bénévoles, karma yogis et étudiants. Au sommet de la hiérarchie apparaissent enfin,  les Drouplas, qui ont effectué la retraite de 3 ans et les Lamas qui disposent légitimement du statut spirituel le plus élevé. La communauté fonctionne au maximum en autogestion, à titre d’exemple, les fruits et légumes sont produits en partie sur place. Karma Ling s’affirme peu à peu comme un éco-site.

Une démarche curative pour soigner les maux intérieurs

Au-delà de ce système organisationnel, le site est un cocon, un havre de paix où les membres « entrent en refuge ».  Ils s’engagent envers eux-mêmes et la communauté avec la volonté de suivre les préceptes du Bouddhisme et tout ce qui en découle. Cette démarche est curative, une quête de réponses où des hommes et femmes cherchent à apaiser leurs maux. Le Lama Rinpoché (Lama des Lamas, le leader) aime à répéter que le site est un hôpital dont la religion est le remède. La sagesse, la soif de connaissance et surtout le respect prédominent. Chacun s’attache finalement à respecter un contrat social implicite basé sur des valeurs fortes et sur un investissement au jour le jour.

Crédit : Karma Ling

Doctor Paper

Doctor Paper

Enchanté ! Mathieu Portogallo, alias Doctor Paper, pour vous faire lire ! J'ai toujours eu beaucoup de mal avec la bien-pensance, une donnée trop présente dans l’actu 2.0. J'écris donc avec un peu plus d’objectivité et de punch que ce qui fourmille sur la Toile. Voici mon contact : mathieu.portogallo@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.